PRÉPARER FACILEMENT LA RANDONNÉE « TONGARIRO ALPINE CROSSING » EN NOUVELLE-ZÉLANDE

Quand on se renseigne sur les choses à faire en Nouvelle-Zélande et plus particulièrement sur l’île du nord, il est difficile de ne pas entendre parler du Tongariro.

Premier Parc National créé en Nouvelle-Zélande, il est aujourd’hui classé sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.
Parmi les sites maoris sacrés qu’il renferme, se trouve le décor de la célèbre randonnée nommée « Tongariro Alpine Crossing ».

(©)TellMeATrip

Longue de 19.4km, cette marche s’effectue en moyenne sur 6 à 8h et traverse d’incroyables paysages.
Elle grimpe sur le cratère d’un volcan, fait déambuler entre des lacs d’émeraude et permet de traverser des déserts alpins.

Si vous envisagez de vous lancer à l’assaut de ces incroyables paysages, voici un petit récapitulatif qui pourra, je l’espère, vous aider à vous organiser facilement 🙂

©TellMeATrip

SE PRÉPARER POUR LA TONGARIRO ALPINE CROSSING

Avant toute chose, il faut bien avoir conscience qu’il s’agit d’un trek de presque 20km, exposé plein soleil (donc sans ombre), sans point d’approvisionnement d’eau potable du début à la fin et qui demande en moyenne 7h de marche.

Alors, bien qu’elle reste « accessible », cette randonnée n’est pas à prendre à la légère.

©TellMeATrip

Pas besoin d’être grand(e) sportif(ve) pour se lancer, mais làeTongariro Alpine Crossing requiert une bonne forme physique, voire un peu d’entraînement, histoire de voir si vous êtes capable d’un tel effort sur une journée.

Pour ma part, n’ayant jamais « marché » avant la Nouvelle-Zélande, j’ai trouvé que les randonnées du Mont Pauani et des Pinnacles étaient un bon entraînement (à retrouver ici).

Plus que votre condition physique, il faut impérativement checker les conditions météorologiques avant de partir pour le Tongariro Alpine Crossing.

En effet, là-haut vous êtes dans les hauteurs alpines et la fraîcheur associée au vent et au (léger) déficit d’oxygène en altitude, peuvent être des obstacles.
Le trek comprend d’ailleurs des zones fortement déconseillées en cas de grands vents et demande aux marcheurs de faire demi-tour.

©TellMeATrip

Il serait stupide de se mettre en danger et dommage de manquer la meilleure partie de la randonnée, alors je vous invite à checker le site : www.tongarirocrossingco.nz, avant de partir.

Dessus, vous trouverez les prévisions météorologiques et des conseils pour choisir le jour de votre sortie en fonction de vos attentes (ciel dégagé, températures fraîches…), par rapport à la météo et à la sécurité du trek.

A noter également que le Tongariro Alpine Crossing amène sur le cratère d’un volcan actif, qui peut donc entrer en éruption à tout moment.
Sympa.

Tant que vous êtes sur le site en question, pensez à réserver votre navette (shuttle) pour votre randonnée.
En effet, le parking du début (Mangatepopo Car Park) et celui de fin de parcours (Ketetahi Car Park), sont gratuits mais limités à 4h d’utilisation.
Et comme vous aurez besoin au moins du double pour effectuer la totalité de la marche, je vous conseille d’opter pour une navette.

Le parking du début et celui de fin sont gratuits mais limités à 4h d’utilisation.

Plusieurs compagnies proposent le même service à des prix et heures de départs différents. Vous pourrez choisir généralement entre un trajet simple ou l’aller-retour.

Sur des sites de promos tels que www.bookme.co.nz ou www.grabone.co.nz, se trouvent parfois des deals sur les navettes.

Attention, ces réductions peuvent vous imposer une navette en particulier et donc, un horaire de départ. Pensez à bien lire les conditions avant d’acheter !

 

De notre côté, nous avons utilisé les services de Tongariro Expéditions en réservant directement sur leur site, car nous souhaitions prendre la première navette (6h30) du matin.

©TellMeATrip

Le prix standard chez eux est aujourd’hui à 35$ par personne pour un aller simple, comprenant l’autorisation de stationner sur le parking toute la journée (au lieu des 4h réglementaires).
Nous devrons donc garer notre voiture sur le parking de l’arrivée de la randonnée et de là, nous prendrons la navette qui nous emmènera au départ (donc un « One way Ketetahi to Mangatepopo »).

Une fois le parcours terminé, il nous restera donc 800m à faire à pied pour retrouver notre voiture.

NB : la compagnie propose plusieurs points de ramassage ; checkez leur site web !

Maintenant que vous avez fait le point météo et déplacement, il ne vous reste plus qu’à faire le point sur vous-même.

 

QUOI METTRE DANS MON SAC-À-DOS ?

Ces quasi 20km ne sont pas à prendre à la légère, même si vous êtes habitués des longues randonnées.

Voici ce qu’il est conseillé d’emporter avec vous, d’après les organismes officiels du Parc et mon expérience post Tongariro Alpine Crossing.

  • Crème solaire : pensez à vous badigeonner avant de commencer le trek et recommencez l’exercice toutes les 2h.
  • Réserve d’eau potable : il est conseillé d’emporter au moins 2L par personne car, je le redis mais il n’y a PAS de zone d’eau potable du début à la fin (même sur les parkings). Ce que vous emporterez avec vous sera donc votre unique réserve pour la journée.
  • Papier WC : des toilettes sèches sont installées régulièrement sur le parcours, mais il est préférable d’avoir votre propre réserve de papier, vu le grand passage quotidien sur ce sentier…
  • Pique-nique et encas : élémentaire mon cher Watson, mais ne négligez pas les petits snacks riches en énergie du type banane, barres de céréales ou les dattes pour tenir la journée.
    Prévoyez un petit sac plastique pour contenir et garder vos déchets avec vous car il n’y a pas de poubelle en chemin.
  • Un téléphone chargé : je ne vous le souhaite pas, mais vous pourrez être amenés à appeler les secours (111) pour vous ou un autre marcheur.
    Version moins dramatique, vous aurez besoin d’appeler la navette en chemin pour la prévenir de votre heure approximative de retour si vous avez choisi au préalable avec elle de ne faire qu’une partie du trek.
  • Petite trousse de survie : bon ok, vous ne partez pas sur l’Everest non plus mais mieux vaut prévenir…
  • Lampe frontale : utile si vous commencez la randonnée de très bonne heure pour se repérer sur le parking non éclairé, mais aussi sur le début de votre marche. Et en plus, vous économiserez la batterie de votre téléphone 😉

A noter : les drones, tout comme l’écoute de la musique forte (sans casque) sont interdits du début à la fin.

 

COMMENT M’HABILLER POUR FAIRE LA « TONGARIRO ALPINE CROSSING » ?

A ce stade, vous êtes presque prêt(e)s.
Ne reste plus qu’à décider de votre tenue de sportif(ve) et s’il vous plait, ne prenez pas non plus cette partie à la légère !

J’ai vu des hommes en pantalon en jean, des femmes en jupes en jean et beaucoup trop de personnes porter des sneakers ou baskets de ville hyper plates sur cette randonnée.

©TellMeATrip

Alors oui, ça sera moins joli sur Instagram, mais pour la Tongariro Alpine Crossing, il vous faudra un semblant (au moins) de vraie tenue de randonnée :

  • 1 chapeau + des lunettes de soleil : indispensables car vous serez entièrement exposés au soleil sur 17km, sans ombre.
  • 1 tour de cou : n’oubliez pas que vous êtes en zone alpine avec la fraîcheur et le vent qui l’accompagne. La version légère du tour de cou vous permettra de protéger vos oreilles du froid et du vent, ou votre cou des UV.
  • Vêtements pour la technique de l’oignon : là-haut, la météo peut varier rapidement, mieux vaut alors cumuler les couches pour s’adapter au temps tel un caméléon du trek.
    Pour moi, un débardeur sous un t-shirt manches longues en Mérinos, est une bonne base. Par dessus, j’ai opté pour une petite doudoune légère et pockettable, mais surtout résistante à la pluie.Vous préfèrerez peut-être un pull et un k-way léger à glisser dans votre sac.
  • 1 pantalon de marche : oubliez le jean, les robes, les jupes voire les shorts.
    Un pantalon en matière stretch ne sera pas lourd à porter, ne vous fera pas transpirer plus que nécessaire, ne gênera pas vos mouvements de cabri et vous protègera du froid, des coups de soleil et des égratignures en cas de chutes.
  • 1 paire de chaussures de marche montantes, voire imperméables : pitié, rangez-moi ces sneakers ou ces chaussures de course à pied. Vous allez être confrontés à des pentes rocailleuses, sablonneuses et même lisses et en pentes, et donc glissantes.De bonnes chaussures sont indispensables pour éviter ou limiter les chutes sur les pentes (donc pas de semelles plates et lisses !).
    Le côté montant de la chaussure garantira le bon maintien de votre cheville et limitera l’insertion de sable ou cailloux dans vos chaussures. Vraiment utile surtout quand vous approcherez de la zone des lacs émeraude.Enfin, si vos chaussures sont imperméables, c’est un petit plus encore une fois à cause de la météo variable.
  • 1 paire de gants ou mitaines : peut-être pas indispensables mais utiles si vous faites le trek de bonne heure pour protéger vos mains de la fraîcheur matinale, mais aussi pratiques pour ne pas se faire mal sur les roches sur lesquelles vous pouvez être amenés à vous appuyer dans certaines montées et descentes.
©TellMeATrip

 

Et maintenant ?
Le plus dur mais le plus beau reste à faire !

RDV bientôt dans la rubrique « VOYAGES – NOUVELLE ZÉLANDE » pour découvrir le récit de notre randonnée et profiter de plus de photos de ces incroyables paysages !

2 commentaires sur “PRÉPARER FACILEMENT LA RANDONNÉE « TONGARIRO ALPINE CROSSING » EN NOUVELLE-ZÉLANDE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *