KYOTO : LES 5 IMMANQUABLES À VISITER

Ancienne capitale du Japon, Kyoto aujourd’hui classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, reste une visite incontournable pour tous ceux qui s’aventurent en terre nippone. Découvrez les 5 visites immanquables à y faire et que nous avons adorées !

Bons Voyages !

Immanquable 1/5 : Le Château de Nijo-jo

En préparant notre voyage, nous avons vite compris que Kyoto ne pourrait pas nous livrer tous ses mystères en une semaine, comme le reste des villes japonaises d’ailleurs. Alors, nous avons fouillé le web et fait des choix pour constituer notre programme. Hormis le quartier historique de Gion dont je vous parlais dans ce précédant article, je vous propose de retrouver ci-dessous le condensé de nos 5 visites préférées à faire sur Kyoto.

Premier arrêt au Château de Nijo-jo installé dans le centre-ville, qui vous occupera facilement 4h si vous prenez le temps de visiter également ses jardins et sa salle d’expo photos (inclus dans le ticket d’entrée).

Construit en 1603, le site de plus de 27 ha est entièrement inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1994. Et lorsqu’on passe les imposantes et épaisses fortification protégeant le domaine, on comprend pourquoi.

A l’intérieur, plusieurs bâtiments au style architectural riche en décorations, sont installés entre les jardins. Si tout est magnifiquement entretenu, j’ai un coup de coeur pour le Palais et les secrets qu’il renferme.
Les photos ne sont pas autorisées à l’intérieur, tout comme les chaussures, pour ne pas risquer d’abimer ce trésor national.

Impossible d’échapper à son parquet chantant, donnant l’impression d’être en plein milieu d’un concert de Rossignols à chaque pas effectué par les visiteurs. La légende dit que ce phénomène est le résultat d’une technique de pose bien particulière, permettant aux habitants de se prémunir de toutes visites impromptues.
En effet, vu le son aigüe sortant des lattes du sol à chaque avancée en chaussettes que nous faisons, il me semble impossible qu’un traitre ou voleur puisse surprendre ici.

Mais la beauté des peintures murales détourne rapidement mon attention. Chaque pièce est entièrement décorée de fins dessins réalisés à la main, sur fond de toile dorée. Des plantes, des arbres, des tigres grandeur nature…derrière chaque porte un nouveau voyage.
Mon préféré étant la représentation des quatre saisons dans une seule et même chambre, traduite par des cerisiers tantôt en fleurs, tantôt habillés d’un cotonneux manteau de neige…

Les extérieurs et la salle d’exposition photos en fin de parcours, sont autant de belles et minutieuses réalisations, mais paraissant un peu plus fades sous mon oeil maintenant gourmand d’extraordinaire.

Immanquable 2/5 : Voir le Pavillon d’Or nommé Kinkakuji

Non loin du Château de Nijo-jo se trouve une autre prouesse architecturale.
Probablement le monument le plus visité du Japon, le Temple Kinkakuji est le chouchou des photographes amateurs ou non.
(entrée payante)

Si son rez-de-chaussée est construit en bois, ses deux étages eux sont bel et bien recouverts de feuilles d’or pur, faisant briller de mille feux l’édifice. Préférez donc une journée ensoleillée si possible, pour vous rendre sur place, afin de profiter d’une parfaite réflexion dans l’étang qui l’entoure.

En hiver, je me dis que l’éclat doré doit être encore plus sublimé par l’épaisse neige environnante…

Si la balade amène au pied de l’édifice, il n’est pas permis aux visiteurs de s’approcher plus près du Pavillon d’or, ni même d’y pénétrer. N’espérez donc pas « gratter » un peu les paroies clinquantes 😉
Les reliques de Bouddha et autres secrets de Kinkakuji sont bien gardés, mais sa splendeur encourage les rêveries lors de la balade dans son jardin.

Il est dit qu’à cause de son aspect un peu trop « bling-bling », ce Temple serait boudé par la plupart des Japonais, (mais adoré des Chinois), lui préférant son homonyme Ginkaku-ji, le Temple d’Argent, que nous n’irons cependant pas voir.

A la sortie du Pavillon d’Or, je ne résiste pas à tester l’une des « golden ice-cream* » vendues dans le secteur (*glace en or). Je le devine avant même de l’acheter ; tout est dans le visuel ici, car le goût de la glace vanille n’a rien de vraiment novateur. Quant aux feuilles d’or, bien que réelles elles n’ont pas vraiment de goût…

Peut-être que la version où la glace est entièrement recouverte d’une fine pellicule dorée, au lieu d’être juste parsemée, me ferait changer d’avis, mais je ne suis pas prête à payer 10€ pour un simple cornet…

Si vous souhaitez cependant tester l’un ou l’autre de ces desserts, sachez que les stands installés directement à la sortie, (ou l’entrée), du Temple sont plus chers que ceux situés à quelques pas plus loin, au niveau du passage piéton en direction de l’arrêt de bus 😉

Sachez aussi qu’il est interdit de boire ou manger dans l’enceinte d’un Temple et qu’il est donc peut-être préférable d’acheter votre dessert en partant 🙂

Immanquable 3/5 : Voir les 1001 statues du Temple Sanjusangen-do

Si vous suivez nos aventures à travers le Japon sur le blog ou via les « Stories à la Une » de mon compte Instagram, vous risquez peut-être de me dire que « trop de Temples, tue le Temple » !
Et ce n’est pas faux, sauf pour celui de Sanjusangen-do.
(entrée payante)

Situé à 20mn à pied de la gare de Kyoto, ce bâtiment est une vraie belle découverte ! Les photos sont encore une fois, interdites entre les murs du Temple et finalement, c’est peut-être mieux ainsi. Cela garantie l’effet de surprise lorsqu’on avance dans ce long couloir de 120 mètres.

C’est véritablement un autre monde qui s’ouvre à moi lorsque je pénètre dans le lieu sacré, très sombre malgré sa belle hauteur sous plafond. Les larges poutres en bois foncé accentuent cette atmosphère feutrée, presque mystique. Je ne vois pas encore le trésor bien gardé ici, que l’odeur d’encens s’imprègne déjà dans mes narines, me plongeant encore plus dans l’ambiance.

Malgré la file de touristes défilant de manière presque ininterrompue devant et derrière moi, la visite se passe dans le calme et la sérénité.
Il faut dire que les 1000 statues à taille humaine alignées méthodiquement les unes à côté des autres, nous laissent un peu tous bouche-bée.

Au centre, trône la 1001 statue de Kannon, déesse de la compassion en version XXL. Elle est ainsi entourée de 500 représentations d’elle-même à sa gauche et 500 autres à sa droite, toutes faites en bois et recouvertes de feuilles d’or, bien alignées sur 10 rangées.

Petit bonus faisant son effet : au premier rang se trouvent +30 statues, à savoir 28 représentant les serviteurs saints de la déesse Kannon, et 2 gardiens des temples bouddhistes (Raijin le Dieu du Tonnerre et Fujin le Dieu du vent).

Evidemment, un jardin extérieur vient compléter le tableau global et permet aux visiteurs de revenir tranquillement à la réalité avant de rejoindre les rues de Kyoto.

Immanquable 4/5 : Faire des affaires dans la « Shopping Street » de Shinkyogoku

En allant au Japon, il est très difficile de résister à faire un peu de shopping, tant les boutiques sont nombreuses et toujours magnifiquement agencées. Même la plus inutile des babioles devient vite un indispensable à rapporter à la maison.

Mais les prix sont souvent bien moins anecdotiques et peuvent vite vider les bourses de voyageurs non aguerris…
Heureusement, il existe des zones où on peut encore faire de bonnes affaires pour de bons produits !
C’est le cas des arcades commerçantes de Kyoto nommées Shinkyogoku et Teremachi.

Rues 100% piétonnes, elles sont de vraies labyrinthes remplis de commerces alléchants sur plusieurs centaines de mètres.
C’est d’ailleurs un bon endroit pour acquérir des Kimonos, Yukata (kimono dit d’été donc plus léger) ou Haori (veste de Yukata s’arrêtant donc à la taille), à un très bon prix !

Des boutiques de location de vêtements traditionnels, tels que « Rental Kimono Sakura », y mettent en vente les pièces dites de 2nde main, qui restent aussi belles qu’une neuve.
C’est un bon moyen de se procurer une belle pièce en soie pour soi ou pour un proche, auquel je n’ai pas résisté 😉

Entre deux séances de shopping, il est possible de tomber sur l’un des nombreux Temples cachés entre les artères, aussi minuscules que mignons ^^
Pour ma part, j’ai suivi la lumière des lanternes qui apparaissaient entre deux murs, pour traverser un Temple et ressortir…dans une boutique de confiserie !

BONUS : à quelques pas de là, se trouve une autre artère de shopping piétonne insolite… En effet, à la sortie de la station de métro Higashiyama, se trouve la rue des lanternes, dont le ciel est remplis !

Immanquable 5/5 : le Sanctuaire de Fushimi-inari aux 10.000 Toriis

Je vous ai presque gardé le meilleur pour la fin, car, bien que toutes ces visites vaillent le coup selon moi, le Sanctuaire de Fushimi-inari est mon grand coup de coeur de Kyoto !
(entrée gratuite)

Le nom ne vous est peut-être pas familier, mais le visuel des portes rouges vermillon en enfilade vous parlera sûrement. C’est souvent l’image utilisée par les organismes touristiques pour mettre en avant Kyoto.
Ça ne vous dit rien ? Laissez-moi vous montrer en images avant de vous parler un peu de cet endroit :

Magique n’est-ce-pas ?
Cela l’est tout de suite un peu moins lorsqu’on partage les lieux avec les milliers de visiteurs quotidiens qui se ruent sous les Toriis (portes en japonais), chaque jour.

L’astuce est donc de venir sur les lieux à partir de 16h, afin d’éviter le pic de touristes. Cela permet également de profiter de la vue au coucher du soleil pendant votre ascension de la montagne et de la redescendre de nuit, découvrant ainsi l’atmosphère changeante sous les faisceaux des lanternes.

Rassurez-vous, même là vous ne serez pas totalement seuls, puisqu’en plus des chats habitants les lieux, vous croiserez quelques autres voyageurs avertis comme vous (mais beaucoup moins qu’en journée !). 😉

Plus grand Sanctuaire shintô du Japon, Fushimi-inari Taisha est dédié à la déesse du riz Inari, et plus largement à la richesse. Mais ce qui déplace les foules aujourd’hui est bien le chemin de randonnée sous les arbres et les Toriis jusqu’au sommet. Il faut bien 2h pour venir à bout de ces innombrables marches, mais le spectacle vaut l’effort en haut des 233m !

La majorité des touristes s’arrêtent au pied de la colline, ainsi, les premières rangées de Toriis sont tout le temps bondées. Pas facile de faire sa petite photo Instagram. En revanche, plus vous montez plus vous aurez de la tranquillité 🙂

Sur chacune de ces portes rouge vermillon, vous pourrez apercevoir des inscriptions peintes en noir. Elles représentent simplement le nom de chaque donateur, qui, en échange de milliers de Yens, a vu sa porte érigée à jamais. L’ancêtre de la publicité en somme…

En guise d’anecdote, sachez que ce lieu apparait dans le film « Mémoires d’une Geisha ».

Alors, lequel de mes « immanquables » vous attire le plus ? 🙂

Si vous voulez encore plus d’idées de « choses à faire » sur Kyoto, retrouvez ci-dessous la liste de mes autres articles sur le sujet :
Découvrir Gion, le quartier historique de Kyoto ;


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :