NOUVELLE-ZÉLANDE : LES LACS PUKAKI ET TEKAPO, MERVEILLES DES ALPES DU SUD (1/3)

Nous arrivons sur Wanaka en même temps que les premiers froids de l’hiver, prenant le temps d’apprécier le calme et les paysages qu’ils amènent avec eux. Les quelques flocons déjà tombés sur les hauts sommets nous donnent envie de nous rapprocher des Monts qui cerclent notre horizon.
Alors, presque sur un coup de tête, nous remettons en route notre ancienne ambulance aménagée, direction les Alpes du Sud de la Nouvelle-Zélande..
.

Je vous emmène avec nous à la découverte des merveilles de Pukaki et de Tekapo Lakes.
Bons voyages !

TellMeATrip

QUAND JE VOIS LE BLEU DU LAC PUKAKI

Environ 2h après avoir quitté Wanaka, nous arrivons au niveau de « Pukaki Lake », juste après la petite ville de Twizel.
Je suis plutôt contente de notre décision de venir dans la région à cette période de l’année. Car à l’aube de l’hiver, les routes et zones touristiques se vident considérablement de voyageurs, mais il y a toujours assez de soleil pour profiter des paysages et nous pouvons encore rouler sans trop de risque de verglas sur les routes.

TellMeATrip



Nous garons le Campervan sur le freecamp en bord du lac de Pukaki, ultra plébiscité en été de par sa situation géographique exceptionnelle.
Mais en ce début de mois de juin, la vue face au Mont Cook et le bleu turquoise du lac sont quasiment rien que pour nous.

Je suis complètement hypnotisée par cette couleur provenant en fait, des minéraux issus des glaciers tout autour, restant en suspension dans l’eau. Une sorte de poussière de glace qui acoule depuis la vallée de Mont Cook jusqu’ici.

TellMeATrip

J’ai déjà hâte de m’installer pour admirer le coucher du soleil très prometteur sur le bassin, mais nous choisissons de profiter des quelques heures de jour restantes devant nous, pour prendre de la hauteur sur cette merveille des Alpes du Sud.

La randonnée « Pukaki Kettle Hole Track » trouve son départ pile en face de l’entrée du freecamp quand on arrive de Twizel.
Nous préférons laisser le campervan garé là où il est et rejoignons le départ de la track à pied.

TellMeATrip
TellMeATrip


La marche est plutôt courte au final, mais agréable ; à grimper sur une colline jusqu’au « trou de bouilloire », d’où elle tient son nom, qu’on aperçoit en contrebas depuis le sommet.
Personnellement, je suis juste fascinée par le décor qui tombe à nos pieds : ces monts aux neiges éternelles se reflétant dans le bleu glacé du lac, adoucit par la touche dorée donnée par les herbes asséchées…

Au final, 1h seulement aura été nécessaire pour faire l’aller-retour jusqu’au campement, ce qui nous permet d’être bien à l’heure pour admirer les derniers instants du soleil de la journée.

TellMeATrip
TellMeATrip
TellMeATrip



Au matin, nous découvrons que les « différents étages » du campement se sont un peu remplis pendant la nuit, mais la majorité des campeurs semble être encore endormie lorsque nous reprenons la route pour Tekapo.

SUR LES BORDS DU LAC DE TEKAPO

Quelques 47km séparent le freecamp où nous sommes, du centre ville de Tekapo, mais le chemin montagnard ralentie un peu les ardeurs de vitesse… Rien de grave puisque nous avons le temps.
Et puis, nous n’avons pas vraiment programmé de visites ou d’activités particulières là bas. Nous venons surtout pour voir ce à quoi ressemble cette station balnéaire.

Du coup, en arrivant sur place, nous prenons place dans le restaurant « Mackenzies » installé face au lac de Tekapo, pensant prendre un peu de bon temps face à une belle assiette.
Clairement, mon féroce appétit est déçu de la prestation et, même si le repas était un peu léger (malgré nous), nous partons l’éliminer grâce à une petite balade autour d’une partie du lac.

TellMeATrip
TellMeATrip


Il fait toujours très beau et si nous retrouvons les mêmes nuances de couleurs qu’à Pukaki, je n’en suis toujours pas lassée. C’est un bon spot pour s’essayer à de belles photos de paysages et passer le reste de l’après-midi.

TellMeATrip

Nous ne quittons quand même pas trop tard le centre ville, désireux de trouver le seul freecamp du coin répertorié sur l’application de voyage « Campermate« .
Situé au Sud de Tekapo, le freecamp nommé « Pattersons Pond » est plutôt difficile à atteindre.
Pendant plusieurs kilomètres, on s’enfonce à travers une épaisse forêt avant de finalement émerger près d’un cours d’eau au milieu de…nulle part.

La zone de campement gratuite apparait seulement après une route de graviers et de nids de (grosses) poules longue de 2km.
Une fois arrivés, je suis soulagée de voir que notre maison roulante semble avoir survécu aux chocs, mais j’admets être prête à retenter la traversée quant à la nuit tombée, la voie lactée apparait clairement au dessus de nous, telle une cicatrice géante dans le ciel noir.

Le camping ainsi isolé et installé en contrebas de la route, dans une forme plutôt circulaire, me donne l’impression d’être dans une de ces grands planétarium qu’on retrouve parfois dans la « Cité des sciences et de l’industrie » notamment. Sauf que là, les points lumineux sont de vraies étoiles.

L’espace d’un instant, je regrette de ne pas avoir le matériel nécessaire pour photographier ce spectacle nocturne. Puis, je me dis qu’après tout, une merveille pareille ça s’apprécie directement avec les yeux, alors je reste là, à profiter de ce tableau naturel, jusqu’à ce que le froid se fasse plus fort que moi.

Heureusement, le lever du soleil au matin suivant, est assez lumineux pour rassasier l’appétit de mon objectif de téléphone. Il capture ainsi l’affrontement entre le ciel de glace et celui en feu, qui fait des ravages de beauté dans le décor pendant quelques minutes.

TellMeATrip
TellMeATrip
TellMeATrip

Une bien belle façon de commencer la journée, que nous poursuivons avec une randonnée plutôt fatigante…

OH, MOUNT JOHN UNIVERSITY OBSERVATORY

Quasiment en face du freecamp quand on récupère la route principale, le Mt. John University Observatory est tranquillement perché sur sa colline.
Une route permet de s’y rendre facilement en voiture, mais un droit de passage est demandé par véhicule.

En ce qui nous concerne, au lieu de nous acquitter de cette sorte de péage, nous continuons notre route jusqu’au parking gratuit de Tekapo Springs, complexe d’activités de glace et aquatique.
De là, nous commençons la randonnée permettant de rejoindre l’Observatoire à pied, en prenant plus de temps mais en dépensant moins d’argent.

Cependant, atteindre le sommet par cette voie, ça se mérite. Si le début est relativement facile car plat (si on écarte le verglas dangereux sur le sol en hiver), la dernière partie se compose de trois rudes ascensions dans la vallée.

TellMeATrip
TellMeATrip
TellMeATrip

La panorama de folie me sert de bonne motivation, mais j’avoue être très calme une fois l’Observatoire atteint.
Un Café/Restaurant est installé aussi là-haut, avec vue sur le lac de Tekapo et c’est plutôt bien pensé ! Car, quand tu viens à pied, crois-moi que tu le mérites ton « Cosmic Cappucino ». 😉

TellMeATrip
TellMeATrip
TellMeATrip

On brave le vent qui se lève pour s’installer en extérieur et profiter de cette boisson chaude tout en sortant notre petit goûter qui attendait sagement au fond de nos sac-à-dos.

J’apprécie le fait qu’un autre sentier existe pour rejoindre le parking.
Non seulement il est plus court que celui emprunté à l’aller, mais il nous permet aussi d’avoir une vue sur l’autre flanc de la colline.

TellMeATrip

Ainsi fatigués mais contents de ces 11km parcourus, nous récupérons le campervan avec dans l’idée de repasser une nuit à Pukaki qui nous a comme ensorcelé…


Et après ? Nous partirons à la rencontre de ce fameux Mont Cook qui nous nargue depuis deux jours ! A retrouver bientôt sur le blog 😉

3 commentaires sur “NOUVELLE-ZÉLANDE : LES LACS PUKAKI ET TEKAPO, MERVEILLES DES ALPES DU SUD (1/3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *