OSAKA : QUE FAIRE QUAND IL PLEUT ?

Dernière étape de notre premier périple japonais, Osaka, qui n’est autre que la troisième plus grande ville du pays. Réputée pour sa gastronomie locale et sa culture du divertissement, elle a forcément de quoi nous occuper même par jour de forte pluie.
Je vous propose donc trois activités à faire par temps gris si vous passez par ici !

Bons Voyages !

Sortie n°1/3 : Manger des feuilles au Parc Minoh

Je vous assure qu’il n’y a pas d’erreur dans le titre, ni de mauvaise blague. 😉
Si vous venez au Japon, vous verrez que très rapidement, plus rien ne vous étonnera dans cette culture si différente de la nôtre.
Et la gastronomie, si je peux dire ici, en est un bel exemple !

Au nord d’Osaka, se trouve un grand parc nommé Minoh, caché dans une vaste vallée forestière. Accessible gratuitement, il offre une balade facile de 3 kms sur un sentier bétonné en bordure de fleuve, jusqu’à atteindre l’unique cascade du lieu. Le chemin plat et entretenu, permet un accès à tous, notamment pour les poussettes 🙂

C’est très agréable de troquer les hauts buildings contre des Erables pour quelques heures et nous croisons de nombreux couples, coureurs et même des familles venus également en profiter.
Tout au long de la marche, on peut observer des petites boutiques, des Cafés traditionnels et donc, des produits atypiques.

En effet, la spécialité et même la spécificité de la région, est la possibilité de déguster la feuille d’érable frite. Une collation d’automne que vous ne trouverez qu’ici ; hors de question alors pour nous de ne pas tester 😉

On s’arrête alors au bord d’un des nombreux petits stands de friture qui ponctuent le chemin, (les premiers étant moins chers que ceux installés en fin de ballade vers la cascade), et observons un instant la technique des cuisiniers.

Ces petites échoppes sont généralement tenues par des couples de locaux où chacun tient son rôle à la perfection. D’abord, ils cueillent les feuilles une à une directement sur les arbres plantés dans une sorte de ferme, spécialement conçue pour faire ces friandises.
Je suis bien rassurée de savoir que ce qu’on s’apprête à manger n’a pas trainé par terre, sous les pattes des singes et autres animaux sauvages du coin…
Normalement.

Une fois sélectionnées, ces feuilles doivent rester en salaison pendant une année complète avant de pouvoir être mise à frire dans une mixture mélangeant sucre, farine et graine de sésame.
Après avoir été trempées deux fois dans l’huile, les feuilles deviennent cet étrange snack qu’est la Feuille d’Erable Tempura ou le Momiji Tempura !

Maintenant que l’étrange butin est nôtre, on peut poursuivre la balade à l’abri des arbres jusqu’à atteindre le pied de la cascade haute de 33m. Protégés de la pluie par les bâtiments conçus pour profiter du spectacle, nous dégustons notre snack improbable, un peu perplexes par le goût qu’il propose…

Pour le retour, il est donc possible de simplement rebrousser chemin ou de prendre un des sentiers parallèles un peu plus cahoteux mais permettant de profiter un peu plus des couleurs d’automne si vous venez à partir de mi-novembre 🙂

Sortie n°2/3 : Visiter le musée du Ramen

Autant vous dire la vérité, je suis bien contente que la pluie se soit invitée dans notre voyage, me donnant ainsi une bonne excuse pour visiter ce musée insolite, situé à 25mn en train du parc Minoh.
D’autant plus que l’entrée est gratuite !
Accessible en train depuis la gare d’Osaka ou Umeda, il vous faudra descendre à la gare d’Ikeda et de marcher quelques minutes avant de voir l’imposant bâtiment abritant le musée de la nouille instantanée ou « Cup Noodles Museum ».

A l’intérieur, un parcours interactif s’offre aux visiteurs, libres de télécharger une application gratuite sur leur smartphone pour avoir des commentaires texte et audio sur chacune des parties de l’exposition.

Je découvre donc l’histoire de M. Momofuku Ando, inventeur de la nouille instantanée, le tunnel de ramen au fil du temps et toutes les étapes de réflexion et de fabrication autour de ce produit considéré comme la plus grande invention japonaise du XXème siècle par les nippons eux-mêmes !

Dans le petit auditorium en forme de Cup Noodles bien sûr, j’apprécie de pouvoir suivre en anglais l’animation présentée grâce à l’application préalablement téléchargée dans mon téléphone. Elle se lance automatiquement à mon entrée dans la salle et suit à la perfection les étapes du film.

A l’étage, je découvre la « Chicken Ramen Factory », l’atelier du musée proposant à tous de venir créer ses propres noodles en groupe, moyennant un petit prix d’entrée. Attention, il faut réserver via leur site internet ici, AVANT de venir si vous souhaitez participer 🙂

En fin de parcours, nous ne résistons pas à nous arrêter dans la « Cup Noodles Factory », le deuxième et dernier atelier du musée. Là aussi il faudra sortir quelques Yens pour participer, mais l’expérience est plutôt bien pensée et puis, comme le musée se visite gratuitement, nous sommes un peu plus enclins à participer à cette activité.

Ici, pas besoin de réserver en amont mais simplement de prendre place dans la file d’attente afin de récupérer votre Cup à noodles.

Nous sommes ensuite dirigés par une hôtesse vers l’une des grandes tables de la salle, où nous pouvons customiser notre Cup en dessinant dessus grâce aux nombreux feutres prêtés par le musée sur place. C’est assez ludique pour tous les âges et l’Amoureux laisse rapidement parler son imagination en dessinant un petit Kiwi, souvenir de notre année en Nouvelle-Zélande…

Une fois satisfaits de notre dessin, nous pouvons nous avancer vers la partie « usine » de l’Atelier où d’autres hôtesses nous invitent à choisir les épices et les toppings à ajouter dans notre Cup, la rendant encore plus unique au monde. Heureusement que les étapes sont assez claires à comprendre, car elles ne parlent qu’en japonais…

Une fois notre Cup pleine (mouhaha), celle-ci passe par l’étape de plastification et d’emballage avant de revenir entre nos mains.

Il n’est pas permis de manger sur place, alors le Musée du Ramen a prévu une dernière étape dans son atelier, nous permettant de sur-emballer la Cup dans une sorte de cube en plastique gonflable. Nous permettant ainsi de le transporter plus facilement et surtout, de façon plus visible pour tous les éventuels clients que nous croiserons dans la rue 😉
Malin, efficace, mais pas très écolo !

Sortie n°3/3 : Découverte nocturne de l’Aquarium Vertical d’Osaka

De même que pour les Zoos, je prends de plus en plus conscience du caractère discutable de visiter des Aquariums, au niveau du bien-être animal. Mais vu la renommée de l’Aquarium Kaiyukan à Osaka, c’est vrai que nous y sommes allés.

L’entrée est un peu chère mais le bâtiment est impressionnant. Conçu tout en hauteur, il invite les visiteurs à « tourner » autour du géant bassin principal à la verticale, jusqu’à descendre dans les mystérieux sous-sols de l’Aquarium…

Je suis impressionnée par l’architecture du lieu et je reconnais que c’est assez extraordinaire de voir un requin-baleine en vrai, quand on n’a pas la possibilité de voyager pour aller le rencontrer dans son milieu naturel, mais je ne peux m’empêcher d’avoir mal au cœur de voir les otaries ou les dauphins Hector enfermés, surtout après les avoir vus à l’état sauvage en Nouvelle-Zélande

Comme je vous le disais plus haut, le sous-sol de l’Aquarium Kaiyukan est aménagé de façon énigmatique réveillant ainsi la curiosité du visiteur.
En m’y aventurant, je découvre que le lieu est entièrement dédié aux méduses mises en valeur de façon artistique.

C’est un parcours piéton assez poétique si l’on oublie la taille des bocaux dans lesquels elles sont installés…

Enfin, avant d’être automatiquement emmenée dans la boutique souvenir, je passe par la dernière salle de l’Aquarium permettant d’observer de près des soigneurs en interaction avec des pingouins farceurs.

Au final, c’est une bonne sortie pour les familles bien que moralement controversée… Si vous prévoyez d’y aller à votre tour, sachez qu’à partir de 17h l’Aquarium passe « en mode nuit » et change complètement d’atmosphère pour une visite nocturne.

Il fait donc nuit lorsque nous quittons l’Aquarium et la pluie qui s’est enfin arrêtée nous permet de profiter un peu du port d’Osaka bien aménagé pour toujours occuper les passants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :