lacdelathuilde

CURIENNE : SE RESSOURCER UN WEEK-END DANS LA NATURE

L’intro qui n’a rien à faire là

Quelle drôle d’année que 2020.
Celle de l’inattendu, de l’imprévu déroutant qui ne nous laisse pas d’autre choix que celui de suivre le courant de l’inopiné se dressant devant nous, fier avec son grand « I ».

Après avoir passé trois mois enfermée dans 36m carrés, il me tardait de redécouvrir l’extérieur sans forcément aller chercher bien loin de cette France déjà pleine de surprises. Et puis il y a eu le nouveau job, la transition d’appartements, la confrontation avec des personnes malhonnêtes, les travaux et le grand rangement qui va avec, mais aussi la routine qui s’est très vite ré installée. Et puis mamie est décédée.

Il y a de fortes chances que cette dernière phrase n’est rien à faire là, mauvais contexte, mauvaise introduction. Pourtant, n’est-ce-pas un peu toujours le cas quand il s’agit de fin de vie ? La mort, ça n’a rien à faire là. Jamais. Ça fait tâche dans le décor, partout où ça se pose, ça n’a sa place nulle part. Qu’est ce qu’on en fait de la mort ? Rien. C’est là toute l’ironie du sujet. Il ne se passe plus rien.
– Qu’est-ce-qu’on en fait maintenant ?
– Eh bien, je ne sais pas ; c’est moche la mort, alors tu n’as qu’à la ranger là où on ne la verra plus, enterre-la bien et peut-être qu’avec le temps, on arrivera à ne plus y penser.
Honnêtement, je ne sais pas où je vais avec toute cette histoire. Encore moins pourquoi je vous dis ça à vous, maintenant. Je n’étais pas venue pour ça à la base, mais je vous avais prévenu ; 2020 a décidée de s’imposer sans notre consentement, qu’on soit peuple ou présidents.
Vous m’excuserez j’espère ?

À la base, je voulais vous parler de cette courte parenthèse en pleine nature que l’Amoureux s’est chargée d’organiser récemment.
Vu que c’est dans le titre du sujet, autant finir par vous donner ce pour quoi vous êtes venus ! 🙂
Alors, laissons tout le reste de coté un instant si vous le voulez bien, et partons à Curienne, petit village isolé dans les montagnes à moins de 2h de Lyon.

J’ai découvert le cannyoning

Apparement, nous avons rendez-vous sur le parking derrière la mairie de Curienne donc, bourgade de moins de 800 habitants située au sud du parc régional du massif des Bauges, sur les flancs du mont Saint-Michel (rien à voir avec la Bretagne).

Il est 14h quand Fabrice arrive, mono de ski l’hiver et guide dans les canyons l’été. Il nous tutoie sans préambule, nous quatre comme le reste du groupe avec qui nous ferons la sortie aujourd’hui. Fabrice a tout de l’allure du mec sympa de 40 ans, père de famille, heureux de sa situation peu commune mais tranquille dans ses montagnes, sûrement aussi habitué à se faire gueuler dessus par des skieurs non avertis, qu’à garder calme et patience devant des aventuriers peureux dans les canyons.

Tout en nous expliquant les consignes et le déroulement de la sortie, Fabrice nous donne à chacun une combinaison, une veste manche longue pour aller par dessus, un harnais et un casque. Et non : pas de pagaie.
Car il n’y a pas de bateau dans le canyoning, contrairement au rafting, et c’est bien ce qui m’angoisse un peu !
Ici, l’activité consiste à évoluer à pied dans le lit d’un cours d’eau d’une montagne, en passant dans des gorges ou des ravins étroits, descendre des cascades par le saut ou la glissade parfois de plusieurs mètres de haut, voire en rappel en fonction des situations.
Tout ce que j’aime…

Après 20mn de marche ainsi préparés, nous arrivons enfin au départ du canyon de Ternèze Boyat long de moins de 200m, mais qui va quand même nous prendre 2 bonnes heures de la journée pour en venir à bout à raison d’un tour et demi, conclu par des sauts de 4 puis de 6m de hauts (optionnels).
En file indienne, nous suivons religieusement Fabrice tous les 10 enchainant les obstacles qu’il nous présente, aussi concentrés que possible.
D’abord des rochers glissants à escalader, puis des petits toboggans sur lesquels se laisser glisser, avant celui de 12m de haut qui m’a clairement retournée dans tous les sens du terme (oh my God oh my God oh my God).
Puis, un rapide passage sous l’eau afin de rejoindre le bras du canyon bouché en surface suite à un éboulement massif, avant de nous proposer un peu d’escalade sur roche glissante afin de réaliser les fameux sauts pour ceux qui le souhaite.

Honnêtement, c’est un très bon choix d’activité pour découvrir le canyoning, mêlant sensations fortes et niveau de difficulté tout de même accessible à tous, dès 8 ans. Je n’ai certes, pas fait la maligne, mais j’ai apprécié le professionnalisme du guide de Vertical-Aventure et sa gentillesse. Une sortie qui nous aura occupés une bonne partie de l’après-midi après avoir quitté Lyon sans se presser dans la matinée et avoir avalé le pique nique sur place.

canyoning

Le gîte cosy et authentique

…C’est à peu près en disant cela que je pourrais résumer notre court séjour dans le Gîte de l’École, situé à Barby, à 5km de notre sortie canyoning.
C’est Jean Philippe qui nous accueille, en tenu décontractée mais le sourire aux lèvres et la gentillesse cachée dans les traits.
Au pied du parc naturel régional du massif des Bauges, Jean Philippe et son épouse Natacha, ont restauré l’ancienne école filles et celle des garçons du village, afin de la transformer en chambres d’hôtes pour une partie, et en gîtes autonomes pour l’autre.
Le tout, caché dans un écrin de verdure sauvage mais bien vivant, permettant aux hôtes de servir fruits et légumes du jardin à leurs invités.
Nous ne restons qu’une nuit, mais pensons déjà revenir pour tester les vino-rando de Jean Philippe (randonnée dans les vignes avec des dégustations de vins ponctuant le chemin), ou les massages donnés par Natacha.

Le temps de nous installer, Jean Philippe nous offre une boisson et partage un moment de convivialité avec nous à table, sous la pergola. Il ne s’éclipsera que pour aller accueillir les nouveaux arrivants aussi chaleureusement que nous l’avons été, puis pour préparer le dîner !
Apparement, nous disposons de l‘espace Famille Scilla, à savoir deux grandes chambres sur un même pallier au premier étage de l’ancienne école, avec une salle de bain aussi design que cosy.

Les bonnes surprises s’enchainent au Gîte de l’école avec l’apéritif offert que nous dégustons bien enfoncés dans les gros fauteuils de la toute nouvelle terrasse abritée.

Il ne nous reste qu’à profiter et attendre d’être appelés « à table », de nouveau sous la pergola transformée pour l’occasion. Le dîner est copieux, délicieux, sain et fait maison. Des légumes du jardin en entrée, puis farcis pour le plat principal, accompagnés de belles pièces de viande.
Fromage et dessert, évidemment, le tout pour 30euros par personne.
Quelqu’un pour me porter dans les escaliers ?

La nuit est douce, tout comme le petit déjeuner qui nous réveille délicatement avec ses arômes de « vrai » café chaud, de brioche encore tiède, et de lait frais de la région. Nous n’allons pas partir de bon coeur de ce petit coin de paradis, mais tout de même ravis d’avoir pu y goûter !

Courte randonnée autour du lac de la Thuile

Sans se presser, nous quittons notre gîte en milieu de matinée et rejoignons le départ d’une courte balade, situé à seulement 12km de là. Apparement, nous nous engageons pour faire « la boucle du marais de necuidet », tournant donc autour du lac de la Thuile, creusé dans les montagnes verdoyantes.

Il nous faudra finalement 2h pour venir à bout des 7 km, sans se presser et sans forcer. D’un niveau facile et accessible aux plus jeunes, cette balade nous a permis d’avoir une belle vue sur le lac, tout en traversant une partie de la forêt qui l’entoure, pour un véritable souffle d’air pur !
Un petit effort qui nous aura permis d’éliminer un peu les précédents repas juste avant de repartir tranquillement sur Lyon pour éviter les bouchons 🙂

3 commentaires pour “CURIENNE : SE RESSOURCER UN WEEK-END DANS LA NATURE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :